Elodie Guiroux
Elodie Guiroux

le jour où... J'ai tente de faire le poirier

Si vous ne me connaissez pas encore mais que vous avez lu mon petit encart « Qui suis-je ? » sur mon blog, vous  devez penser que je suis une grande sportive !... Alors en-fait, c’est pas vraiment ça… Et pour le coup, ceux qui me connaissent seront d’accord pour dire qu’à part courir, je suis nulle dans toutes les autres disciplines sportives !

 

C’est pas faute d’avoir essayé pourtant ! Comme beaucoup de petites filles, j’ai commencé par faire de la gymnastique, mais j’ai vite arrêté parce qu’ils ne s’occupaient que des bons, c’est-à-dire de tout le monde sauf de moi quoi… Faut dire que j’étais la seule qui avait besoin de se mettre sur un tapis en pente pour pouvoir faire la roulade arrière ! La roue et le grand écart on n’en parle pas… c’est simple, j’étais tellement douée qu’ils m’avaient fait faire une diagonale de roulades avant au Gala de gym (et j’avais quand même réussi à ne pas dévier de ma trajectoire, ce qui relevait de l’exploit !) Ensuite j’ai essayé le tennis… j’aurais pas été mauvaise si la règle avait été d’éviter les balles (apparemment, je souffre d’un léger problème de perception/coordination) ! Puis je me suis mise au Viet-Vo-Dao (kézaco ? c’est un art martial Vietnamien pour ceux qui ne connaissent pas) et j’en ai quand même fait pendant 8 ans ! C’est pas que j’avais un énorme niveau mais au moins ça m’a appris à être plus souple et à savoir mettre des coups si on m’emmerde !... Et puis la Directrice de l’école primaire m’a fait remarquer que je battais tous les garçons à la course… c’était pas faux et en plus, j’aimais bien ça ! Arrivée au collège, je glane ma première médaille au cross, mon prof de sport me conseille de m’inscrire dans un club d’Athlé. Enfin, je venais de trouver mon sport de prédilection !

 

Je m’inscris au Club de Commentry (j’vous en voudrais pas si vous connaissez pas mais même si c’est pas une mégalopole, c’était un sacré bon club !), toute excitée de commencer les compets sauf que, a  fallu que je patiente un peu … Car oui, j’étais peut-être douée pour la course à pied mais j’avais des bras de la taille d’une allumette à l’époque ! Si fins et si fragiles que lorsque mon camarade m’a bousculé dans la cour de récré alors qu’on jouait « au loup »,  aïe aïe aïe! Je suis allée voir le maître d’école en lui disant qu’il fallait peut-être que je rentre chez moi parce que j’avais très mal. Mais au lieu de ça, il m’a dit de rentrer en classe, d’arrêter de chouiner et m’engueulait parce que j’arrivais pas à tirer les traits droits avec ma règle (ouais ils rigolaient pas à l’école primaire de Villebret !). Sauf que quand je suis rentrée, ma mère m’a emmenée direct à l’hôpital parce que elle, elle avait bien vu que je jouais pas la comédie ! J’m’étais fracturé le radius (os de l’avant-bras pour les incultes ;-P) donc oui j’avais un peu mal…

 

Bref, cette mésaventure passée, mon bras restait quand même un peu fragile. Je l’avais bien dit au prof de sport du collège. Je lui avais dit aussi que j’étais nulle en gym, bon ça il l’a vite vu, mais je pense qu’il surestimait quand même mes capacités. Du coup, il me fait faire l’exercice du poirier et me tient les jambes pour éviter que je tombe. Je lui dis « Me lâchez pas surtout ! » mais penses-tu qu’il m’a écouté ce dur de la feuille! Il a cru que j’étais à l’aise sans doute, ah ben oui j’étais tellement à l’aise que je me suis rétamée comme une m*** sur le tapis ! Et bim le bras ! Rebelote, personne ne croyait que je m’étais vraiment fait mal, c’est vrai après tout, c’est pas comme si j’avais tenté un saut périlleux ou l’équilibre sur un bras, c’était juste un pauv’ poirier à même le sol! Malgré la douleur et la couleur du bras qui tournait au jaunâtre… je suis restée toute la fin de journée en cours (une vraie dure ouais !). Le prof n’avait même pas pris la peine d’informer la Directrice ! Résultat, même histoire que l’année précédente : maison + maman + urgences = une belle fracture. Sauf que là j’avais gagné le plâtre intégral pendant un mois, parce qu’en plus de mon pote Radius, j’m’étais cassé le Cubitius (son pote d’à côté), le pied quoi, enfin le bras haha, jeu de mots pourri, ok je sors !

 

C’est pourquoi, ils ont dû m’attendre un peu au club d’Athlé, mais bon c’est bien, ça leur a donné un aperçu de l’empotée qu’ils venaient de recruter ! Heureusement, je me suis vite remise sur pied (haha) et me suis rattrapée en ramenant pléthore de médailles !! Je faisais même du lancer de marteau (y’a pas mieux pour la rééduc’ !), discipline dans laquelle j’ai glané le titre de Championne d’Auvergne, c’est pour dire… Ok, j’avoue j’étais toute seule mais bon comme on dit, c’est pas le nombre de participants qui comptent…

 

Bref, maintenant j’ai définitivement banni toutes figures de gymnastique (même en soirée)… Le souci, c’est que j’ai pas besoin de ça pour me péter la figure !...

Commentaires

Aucune entrée disponible
Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires