Elodie Guiroux
Elodie Guiroux

#1 Le jour où… j’ai récupéré mon passeport

Ça peut paraître tout con de se faire faire un passeport hein? Ben dans mon cas, c’est  plutôt du genre trilogie à la « JASON BOURDE », vous voyez un peu ?

 

Acte 1 « La Préfecture dans la peau»

Une queue pire que devant le parc Disney un samedi en plein mois de juillet, pourtant on était bien Quai de Gèvres, 10h du mat, sous un temps digne d’un bon mois de février bien pourri !

Après quelques heures d’attente donc, j’atteins enfin le guichet ! « Bonjour,  vous êtes de Paris Mademoiselle ? - Oui, enfin, je viens d’emménager  chez mon ami - Ah, d’accord et vous avez un justificatif de domicile ? - Euh, oui enfin, de là où j’habitais avant – dans ce cas-là, désolé mademoiselle mais on ne peut rien faire pour vous, on ne fait les passeports que pour les parisiens ici. Donc soit vous allez dans votre ville d’avant, soit vous revenez avec un justificatif de domicile – Euh, c’est une blague, je viens de me taper 2h de queue pour rien ?! C’est bien cela oui, mais vous pouvez revenir à 7h la prochaine fois, on ouvre qu’à 9h mais au moins, vous serez les premiers dans la file ! »

Je vous épargne les séquences où cette *** de la préfecture m’a fait revenir 2 fois (même heure, même endroit, même queue !) pour me dire quoi au final ?? Qu’il fallait mieux que j’aille voir dans ma contrée natale s’ils pouvaient me délivrer un passeport !

 

ACTE 2 «L’état d’urgence »

Le petit truc que je vous ai pas dit, c’est que je devais décoller pour Dubaï 8 jours après… donc ça commençait à devenir assez urgent… Heureusement, à Moulins (Préfecture du département de l’Allier – de là où je viens- pour les incultes), à ma grande surprise, il n’y avait pas foule ! En à peine une heure, j’avais mon passeport d’urgence entre les mains !!!

ALLELUIAHHHH ! J’étais dans un tel état d’excitation qu’un petit godet s’imposait pour fêter ça ! Moumoune m’ayant rejoint et ramené quelques affaires de la maison familiale, j’ouvre mon coffre pour y placer la valise ! Et c’est là qu’on arrive au dernier acte.

 

ACTE 3 «La rencontre avec Mac Gyver »

Parce que ce con de Jason Bourde, autrement dit moi, a fermé le coffre (vous la voyez venir celle-là…) avec les clés de la caisse dedans ouais ! Une fois de plus, ma mère était désespérée… Mais la chance qu’il a Bourde, c’est qu’il a un peu le cul bordé de nouilles ! Et qu’il a trouvé le Mac Gyver le plus patient de tout le  département ! Car je peux vous dire, le Mac Gyver de l’Allier, il lâche rien! Le mec il s’est acharné pendant 2h30 sur ma caisse ! Après 30minutes pourtant, j’ai bien cru qu’il allait abandonner !

Il venait d’atteindre le taquet de la porte conducteur : « Ah bah là ma petite dame, je peux plus rien pour vous, c’est la super condamnation ! – La quoi ? La super condamnation, c’est quand la voiture elle se ferme une première fois mais genre elle se referme encore une fois après avec une double sécurité au cas où y’a un con qui veuille vous la piquer quoi ! - Putain, mais sans  déconner, c’est possible ça ?! » Je me voyais déjà aller chercher un pied de biche pour péter la vitre (non parce que je suis plutôt calme mais des fois, je peux monter un peu dans les tours)

Mais là Mac il a eu tellement pitié qu’il est parti chercher un engin genre coussin péteur que tu gonfles pour que la porte s’entre-ouvre… Il a réussi à passer un cintre dans la porte arrière et choper le lien du porte clé qui était resté coincé entre les sièges et la plage arrière (ouais j’ai du bol quand même) et sortir la clé ! Même le mec il y croyait plus, mais p*** il était fier ! Je crois que je lui ai sauté au cou aussi !

Enfin, vous comprendrez pourquoi j’attache aujourd’hui une valeur particulière à ce petit bout de papier qui me permet de voyager ! Encore heureux qu’il est valable 10 ans !!...

 

Commentaires

Aucune entrée disponible
Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires